Camp de Miellin (Haute-Saône, près de Belfort)

Amicale des anciens réfugiés républicains espagnols au centre d'accueil de Miellin. Réunir, retrouver les anciens républicains espagnols du Camp de Miellin Village du Nord-Est de la Franche-Comté, situé en Haute-Saône

vendredi 25 novembre 2011

Docu-choc sur le camp d'Argelès - Film de Felip Solé

La télévision catalane a diffusé le film-documentaire sur le Camp d'Argelès, de Felip Solé qui est sorti en France en mars 2010.

La plage d’Argelès, battue par la tramontane, était un village de pêcheurs. Un lieu tranquille et sans histoire.
En février 1939 l’histoire d'Argelès change brutalement. Toute la Catalogne espagnole est occupée par les troupes fascistes, 465.0000 réfugiés traversent la frontière, c’est la Retirada des républicains. Les autorités françaises font bâtir un camp sur la plage...
Le film évoque l'existence du camp de concentration d'Argelès sur Mer (Pyrénées Orientales), de sa création en janvier 1939 jusqu'à sa fermeture en septembre 1941.
En 1939, des cinéastes militants, choqués par ce “camp”, réussissent à introduire clandestinement une caméra derrière les barbelés. Ils filment, en caméra cachée, les rares images en prise directe du camp d’Argelès.
Jean-Paul Le Chanois réussit à monter le film Un peuple attend (1939), mais les autorités le saisissent. Le film est interdit et le montage original perdu. Des brigadistes parviennent à sauver une copie destinée aux États Unis sous le titre de "A people is waiting". Le montage original durait 50 minutes. "A people is waiting" dure à peine 30 minutes. Avec les vingt minutes perdues, s’est perdu un inestimable témoignage.
Le film Camp d’Argelès se propose de recréer ces images perdues et cependant conservées par la mémoire orale du camp. Ce dispositif de fiction sera le fil conducteur du film. La scénarisation de moments clé de la vie du camp sera entrecoupée de témoignages recueillis dans toute l’Europe auprès de personnes ayant eu une relation directe au camp d’Argelès : anciens internés au camp (républicains espagnols, juifs, …) mais aussi gardes et témoins. Le film s’appuiera aussi sur des images et des photos éparpillées à travers le monde, réalisées par des journalistes ou des amateurs, et patiemment recherchées durant de nombreuses années.

"Los tristes réfugiés espagnols" est chantée dès le début du film…

Pour voir le film : http://blogs.tv3.cat/senseficcio.php?itemid=27007 


Commentaires

Poster un commentaire