Camp de Miellin (Haute-Saône, près de Belfort)

Amicale des anciens réfugiés républicains espagnols au centre d'accueil de Miellin. Réunir, retrouver les anciens républicains espagnols du Camp de Miellin Village du Nord-Est de la Franche-Comté, situé en Haute-Saône

samedi 10 mai 2014

Champagney accueille les Réfugiés Espagnols - Le socialiste de la Haute-Saône - 18/02/1939

Champagney, village situé à une vingtaine de kilomètres de Miellin a accueilli une trentaine de réfugiés espagnols. Comme l'indique l'article ci-dessous, les réfugiés espagnols ont été logés par des habitants ou dans l'ancienne école des filles.
Un de nos anciens réfugiés, Manuel (interné à l'âge de 1 an et demi, à Miellin avec sa Maman) habite aujourd'hui Champagney, à quelques maisons de l'ancienne école.

 

Réfugiés espagnols 

Une trentaine de réfugiés espagnols, en majeure partie des enfants, sont actuellement hébergés à Champagney.

Quelques-uns ont été logés par des habitants. Les autres sont dans l'ancienne école des filles.

De tous les côtés, les secours affluent et les habitants font preuve de générosité devant la lamentable situation des malheureux, obligés de quitter leur pays devant les hordes de Franco.

Signalons le beau geste des adhérents du Groupe Vésulien des Auberges de Jeunesse qui, après avoir recueilli 200 fr. pour l'achat de chaussures aux réfugiés de Champagney, ont mis à la disposition de ceux-ci les lits et le matériel decouchage de leur Auberge de Belfays.

1939 02 18 SHS CHAMPAGNEY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La liste des réfugiés espagnols hébergés à Champagney de février à septembre 1939 : CHAMPAGNEY

L'école des Filles

CHAMPAGNEY-ECOLE-DES-FILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise à jour le 10/05/2014

Les réfugiés étaient logés dans l'ancienne école des filles tenue par des religieuses. Il s'agit, sauf erreur de notre part, du Presbytère de Champagney.

Vue d'après Google Maps :

CHAMPAGNEY

 

Posté par sylvie2011 à 15:28 - Presse en 1939 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire