Camp de Miellin (Haute-Saône, près de Belfort)

Amicale des anciens réfugiés républicains espagnols au centre d'accueil de Miellin. Réunir, retrouver les anciens républicains espagnols du Camp de Miellin Village du Nord-Est de la Franche-Comté, situé en Haute-Saône

mercredi 12 juin 2013

Témoignage de Fabienne Olivia Viennet, descendante de réfugiées du Camp de Miellin

Bonsoir,
 
En faisant quelques recherches sur votre site je viens de découvrir le nom de ma grand-mère, ma mère et mon oncle sur la liste des réfugiés.

Il s'agit d'Oliva ARENO ma grand-mère, son fils mon oncle (4 ans à son arrivée au camp) Alfredo et Consuelo ma mère (1 an à son arrivée).

Beaucoup d'émotion en découvrant leurs noms sur cette liste, d'autant qu'ils sont tous trois décédés, ma grand-mère en 2007 et mon oncle et ma mère en 2009, d'un infarctus.

J'ai quelques regrets de ne pas pouvoir lui monter votre travail car elle était passionnée d'histoire et retrouver un pan de la sienne...

Car "Mémé Olive" parlait très peu de cette époque, par contre elle gardait dans son appartement une armoire remplit de paquets de pâtes, de riz, de boites de conserve, il y avait de quoi tenir un siège, elle avait souffert de la faim et ne voulait plus jamais connaitre ça.

Je ne sais pas quand et comment ils sont partis de Miellin, mais la famille s'est installée dans les Hautes-Alpes à Aspres sur Buech, ma grand-mère puis ma mère travaillaient dans une triperie, et mon oncle dans un abattoir. Ma grand-mère a attendu la mort de Franco pour retourner vivre en Espagne à Ciudad real, mon oncle et ma mère ont fait leur vie en France.

Mon oncle à Sisteron dans les Alpes de Haute-Provence et ma mère à VARS dans les Hautes-Alpes, sont rêve d'enfant, son obsession, était d'avoir SA maison, sa phrase favorite était "mieux vaut un petit chez soi, qu'un grand chez les autres." Quand je lis tous les témoignages sur votre site je comprends mieux certaines choses, au niveau comportement mais aussi au niveau physiques. Mon oncle et ma mère ont eu des carences alimentaires dans leur enfance qui ont fait qu'à l'âge de 25 ans ils portaient tous deux des appareils dentaire. Ils ont eu une jeunesse difficile et n'ont pas ménagé leurs efforts pour s'intégrer et s'en sortir.

Je vous remercie beaucoup pour le travail que vous faites, que vous partagez, je vais adhérer très vite à votre association, je vis dans les Hautes-Alpes mais les hasards de la vie font que je suis née en Franche-Comté dans le Jura ainsi que mon mari alors dès que nous y retournerons nous irons jusqu'à Miellin...

Bien cordialement.

Fabienne Olivia Viennet

Posté par sylvie2011 à 22:12 - Témoignages - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Merci pour ce émouvant récit, merci pour l'avoir partagé avec nous.

    Posté par Raquel, jeudi 13 juin 2013 à 11:58

Poster un commentaire