Camp de Miellin (Haute-Saône, près de Belfort)

Amicale des anciens réfugiés républicains espagnols au centre d'accueil de Miellin. Réunir, retrouver les anciens républicains espagnols du Camp de Miellin Village du Nord-Est de la Franche-Comté, situé en Haute-Saône

dimanche 25 mai 2014

L'hôpital des réfugiés espagnols de Lure

L'Amicale a identifié près d'une centaine de personnes hospitalisées. Certaines ont été hospitalisées deux fois.  C'est essentiellement au cours de l'hiver 39-40. Les anciens réfugiés se rappellent de cet hiver glacial et leur témoignage en fait souvent écho.
Les causes des hospitalisations sont des angines, des bronchites, des pneumonies. Egalement des problèmes de peau, des maladies gastriques.

Le Camp de Miellin a été endeuillé par au moins quatre décès d'enfants. L'Amicale recherche des informations sur leur lieu de sépulture.

Lieu mentionné sur les certificats de décès : 28, rue Pasteur (pour deux d'entre eux) + un : 27 rue Pasteur.

Merci à la Monsieur le Maire de Lure, à Alain Guillaume qui nous ont permis d'identifier le bâtiment.

"L’hôpital des réfugiés espagnols" était dans l’internat de l’ancien collège fille, aujourd'hui Centre Schoetterer de Lure.

L’ancien collège pour filles a été dirigé de 1927 à 1940 par madame Jeanne Schoetterer, veuve de guerre et juive. Licenciée de son travail fin octobre 1940 par les lois anti juives du maréchal Pétain. Elle fut arrêtée avec sa sœur le 24 février 1944 et déportée et gazée immédiatement à son arrivée en Pologne.

 


Agrandir le plan

Ce bâtiment est aujourd’hui le centre social et il porte le nom de « centre Schoetterer ».
L'entrée est située rue pasteur au n° 26 bis (bâtiment entre le CIO et le notaire) accessible par un passage entre le CIO donnant sur le parking aperçu depuis l'esplanade Charles de Gaulle (ancien Champ de foire de Lure).  Cet hôpital n'était donc pas réservé aux seuls réfugiés espagnols.


2 septembre 1939 : sur les 80 lits que compte l’hôpital Marie RICHARD l'armée avait réquisitionné 65 lits. Le front se trouvant à l'époque à Ronchamp. Faute de place pour n'importe quel malade une annexe a été ouverte dans le dortoir du collège des filles.

2 octobre 1940 : la rentrée scolaire est bouleversée à cause de l’occupation des dortoirs du cours complémentaire des filles par l’hôpital civil. L’internat est supprimé et les cours complémentaires filles et garçons sont géminés à cause de la mobilisation de plusieurs professeurs et les deux directeurs madame SCHLOTTERER et monsieur FOURNIER vont installer les élèves dans la grande salle de dessin du collège (actuellement centre François Mitterrand).

Pour les malades d'après avril 1940, l'Amicale va chercher dans le registre de l'hôpital de Lure, le front s'étant déplacé les 65 lits étaient sans doute libres.

Il existe une plaque commémorative à l'arrière du bâtiment donnant rue Pasteur "à la mémoire de Mme Schloterer née Bloch directrice de 1929 à 1940 déportée le 22 février 1944 et tuée par la barbarie allemande à Auschwitz".

L'ambulance
Ramon a retrouvé dans le carnet de sa Maman le nom de la société d'ambulances : Madame Bragle Duichécé".CARNET RAMONAMBULANCE LURE

 

 

Posté par sylvie2011 à 20:32 - Actualités - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire